Auteur.es des enquêtes

2019-2020

Elda Ahmeti (Paris 8), originaire de Serbie, est titulaire du diplôme universitaire en Langue, Littérature et Culture françaises de la Faculté de Philologie de l’Université de Belgrade. Attirée par le domaine de la culture et de la communication, elle a réorienté son cursus à Paris, la ville de ses rêves, où elle passe sa première année en France en tant que boursière du gouvernement français.

Auriane Alix (ENS Louis-Lumière) porte sur le monde un regard contemplatif, qui s’exprime au travers de ses images aux tonalités souvent pastel et aux cadrages propices à un moment de quiétude. Par son travail, elle questionne fréquemment les notions de temporalité et d’instant présent. En parallèle, sa passion pour le voyage la mène fréquemment aux quatre coins du monde, dans de grands espaces naturels ou au cœur de villes palpitantes de vie.
http://www.aurianealix.comhttp://@auriane_alix

Luisa Fernanda Betancurt Rios (Paris 8), diplômée en ingénierie multimedia et en communication multimedia, cette Colombienne s’intéresse aux projets de participation citoyenne. Dans cet espace de recherche sur les nouvelles technologies, elle nous presente la Blockchain comme une participation démocratique alternative aux actuels systèmes centralisés. Convaincue que la culture est l’un des meilleurs outils de transformation de la société, elle prepare son mémoire sur l’évolution des pratiques culturelles de participation, comme le Théâtre-Forum.
https://fr.linkedin.com/in/luisa-fernanda-betancurt-rios-6b95bb8a

Nicolas Fatous (ENS Louis-Lumière). Issu d’une famille d’artisans photographes du Nord de France, il grandit très tôt dans le milieu de l’image. Après avoir appris en école d’ingénieurs à allier savoir-faire technique et relations humaines, il rejoint l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière afin d’y adjoindre une spécialisation autant technique qu’artistique dans les métiers de l’image. Par ailleurs, grand amateur de chocolat, de Baudelaire et de Caspar David Friedrich.
nicolasfatous.com@nicolas.fatou

Charlyne Garcias (Paris 8), titulaire d’une licence en Médiation Culturelle et Commerce de l’Art, intègre le Master Industries Culturelles et Créatives à l’université Paris 8. Intéressée par le cyberactivisme et les pratiques militantes en ligne, elle écrit un mémoire sur la libération des paroles féministes par le biais des podcasts natifs.

Chloé Bernard (ENS Louis-Lumière) , originaire de la campagne forezienne, son intérêt pour la photographie est né dans les questionnements de représentation des enjeux sociaux. Ses différents travaux interrogent les interactions entre les couches sociales et leurs figurations. Chloé poursuit cette recherche en utilisant les symboles, les objets, les lieux et les mises en scène pour parler des Hommes. @chloe.be_

Aurentin Girard (ENS Louis-Lumière), jeune photographe âgé de 23 ans. Il découvre Paris à l’occasion de ses études. Diplômé d’un BTS, il intègre l’Ecole Nationale Supérieure Louis-Lumière afin de se spécialiser. Il assiste de nombreux photographes reconnus dans leurs domaines d’expertise. Ces différentes rencontres lui permettent d’acquérir des compétences complémentaires, en parallèle de sa formation. Aurentin cultive un goût prononcé pour le portrait, qu’il n’hésite pas à mettre en valeur dans ses nombreux projets photographiques.

aurentingirard.fr@aurentin

Pierre Musellec (ENS Louis-Lumière), Issu d’une formation littéraire et géographique, son parcours au sein de l’ENS Louis-Lumière lui a permis de développer les liens qui lient l’humain à l’espace au travers de l’image. Fondés en grande partie sur des images aériennes (drone, avion, images d’archives…), ses projets discutent cette idée du territoire pour en faire apparaître les frontières, les traces et les inégalités souvent visuelles liées à cet aménagement constant de notre environnement.
@pierremusellec

Jules Nguyen (ENS Louis-Lumière), photographe originaire de région parisienne, sa sensibilité au théâtre, issue de son contexte familial, l’amène à questionner les notions d’identité et d’artificialité dans la représentation de l’individu par le médium photographique. Il s’intéresse également à la réappropriation et à l’impact des images à une époque où leur flux est incessant.
www.julesnguyen.com@jules_ng_photo

Martin Varret (ENS Louis-Lumière) est un jeune photographe portraitiste basé à paris. Après ses études à CE3P et à l’école nationale supérieure Louis-Lumière,  il s’oriente vers le portrait et les techniques de studio mobile. Grand prix du photo-reportage étudiant Paris Match (Coup de coeur du Journal du dimanche) pour « Les Goums » (2017), finaliste au Sony World photography award Student Focus (2018), il est aussi assistant-photographe et collabore avec des portraitistes partout en France pour des publications en presse magazine ou des campagnes de publicités. http://www.instagram.com/martinvarret/. www.martinvarret.com.

Charlotte Hayet (ENS Louis-Lumière) a été déracinée de sa pluvieuse et non moins légendaire Bretagne natale pour effectuer des études d’audiovisuel puis de photographie à l’ENS Louis-Lumière. Elle y a découvert le monde du livre et s’épanouit dans la contemplation et l’enquête. Elle reste une grande admiratrice des sœurs Brontë et, à l’instar de son camarade Nicolas Fatous, du peintre romantique allemand Caspar David Friedrich — ainsi que des mèmes.
https://www.charlottehayet.com@charlottehayt

Eve Devulder (ENS Louis-Lumière) est née à Lille en 1996 et a intégré l’école nationale supérieure Louis-Lumière après une classe préparatoire littéraire et un diplôme d’économie en anglais. Les émotions sont au coeur de son travail, toujours porté sur l’intime. Ce sont ces intérêts croisés, qui lui ont confirmé que c’est bien l’humain, derrière et devant l’appareil, qui l’intéresse le plus.

www.eve-devulder.fr@edevulder

Ilhem Fettous (Université Paris 8), après l’obtention d’un diplôme de master 2 professionnel en communication et technologies numériques au CELSA Sorbonne Université et un mémoire sur la professionnalisation des influenceurs, elle intègre le master industries culturelles et créatives- plateformes numériques, de l’Université Paris 8 pour approfondir sa connaissance théorique des médias numériques. Elles s’intéresse particulièrement à l’émergence de nouveaux métiers dans le marketing d’influence.

Juliette Gilloux (ENS Louis-Lumière) est originaire de Nantes. Après avoir validé deux années d’études à l’école nationale supérieure d’architecture de Marseille, elle s’oriente vers la photographie en intégrant l’école nationale supérieure Louis-Lumière. www.juliettegilloux.com@gillouxjuliette

Anna Verstraete (ENS Louis-Lumière). Originaire de la banlieue parisienne, elle s’intéresse à l’urbanité et aux paysages visuels. Elle interroge dans son travail photographique les espaces du quotidien et leur aménagement, le territoire construit par l’Homme et sa représentation. Dans son travail, elle accorde un intérêt particulier à la question de la matérialité des images, et la souligne par des hybridations de techniques et par des supports qui marquent leur caractère tangible.
@anna_verstraete

Laurène Jaeger (Université Paris 8), ayant passé son enfance à l’ombre de la célèbre cathédrale de Chartres, elle a toujours été absorbée par les récits mythologiques, les contes et l’Histoire. C’est à l’occasion d’un cours d’art au lycée que Laurène se découvre un intérêt particulier pour la communication, le storytelling et les outils numériques. Au cours de ses 5 années universitaires, elle est sensibilisée aux questions de genre et aux mouvements féministes. Elle s’intéresse, entre autres, à la représentation du mouvement féministe dans les médias et choisit d’en faire le sujet central de son mémoire. Son article traite de la censure que les créatrices de contenus féministes rencontrent sur le réseau social Instagram.

https://www.linkedin.com/in/laur%C3%A8ne-j-15b463142/

Margot Fuchs (Université Paris 8) est originaire d’Alsace. Après une licence de droit à l’Université de Strasbourg, elle décide de poursuivre ses études au sein du Master Industries culturelles et créatives. A l’occasion de cette réorientation, elle lance son podast Prends-en d’la graine, dans lequel elle reçoit des jeunes pour essayer, tant bien que mal, de décrypter cette jungle qu’est l’adolescence. Grande amoureuse de photographie, ce projet avec l’ENS Louis-Lumière lui a permis d’associer son intérêt pour la génération adolescente actuelle avec l’étude de leurs pratiques photographiques. Elle dédie son Mémoire de Master 2 à l’étude des pratiques adolescentes sur les plateformes numériques et plus précisémment aux questions d’éducation sexuelle.

@prendsendlagraine.podcast

Nadhem Hanin ( Université Paris 8 ) est originaire de Tunisie où il a effectué sa licence en sciences de l’information et de la communication, après un passage par les sciences informatiques en école préparatoire aux études d’ingénieur. Il est titulaire d’un Master 2 en Médias Internationaux à l’université de Paris 8 où il y prépare un second Master 2 en Plateformes Numériques. Attiré par la recherche, il compte poursuivre en thèse en s’intéressant au champ de l’économie politique du numérique. Les rôles joués par les algorithmes et le Big Data dans les stratégies économiques des plateformes numériques sont ses terrains de prédilection.

https://www.linkedin.com/in/nadhem-hanin-786515123/

Juliette Le Gloan (Université Paris 8) est née à Laval en 1997. Après une licence d’Information et Communication à l’Université Rennes 2, elle intègre un Master dédié aux Industries culturelles et créatives – Plateformes numérique à l’Université Paris 8. Passionnée d’audiovisuel et de numérique, son travail de recherche porte sur la plateforme Netflix, son algorithme et ses usages à partir d’enquête. Elle s’intéresse tout particulièrement aux processus de captations de données numériques et à l’impact sur les notions de choix et de liberté du consommateur, abordant nécessairement les notions d’éthique, de surveillance, de contrôle social et de vie privée bouleversées par ces nouvelles plateformes. 

Hadjer Reggam (Université Paris 8). Dotée d’une double formation en communication et journalisme, Hadjer effectue actuellement un stage au sein de la mairie de Suresnes. Elle est diplômée d’un Master 2 Médias et Culture et elle achève un second Master 2 en Culture et Communication. Hadjer a pu mettre en œuvre ses compétences, au sein d’une rédaction en ligne, lors d’une première expérience en tant que rédactrice Web puis journaliste reportrice et chroniqueuse au sein de la radio Vivre FM, où elle a également assuré des missions de chargée de communication.

Zoé Schmit (Université Paris 8) Toulousaine, titulaire d’un master 2 en Création et Édition Numériques, je m’intéresse à la médiation numérique, aux nouvelles écritures, aux pédagogies collaboratives. J’adore les BD et les documentaires et je travaille déjà en alternance chez Bayard Presse au magazine jeunesse Images Doc. Mon mémoire porte sur les plateformes documentaires collaboratives pour la jeunesse. Passionnée de la Rome antique, il est préférable de ne pas visiter de musée archéologique en ma compagnie (surtout si j’ai mon appareil photo) : ça pourrait durer des heures !

Valeriia Stoliarenkova (Université Paris 8) vient en France après un Master en Cultural studies à Saint-Pétersbourg, en Russie. Elle passe une première année en tant que fille au pair afin de perfectionner son français, puis une année en licence 3 d’histoire de l’art à la Sorbonne. Aujourd’hui en Master 2 Industries culturelles et créatives à Paris 8, elle prépare son mémoire sur le thème de l’art en réalité virtuelle.

Adélie Tirel (Université Paris 8) diplomée d’un DUT et d’une Licence en Information Communication, elle poursuit ses études dans le Master Industries Culturelles et Créatives. Après plusieurs expériences dans le domaine associatif et la mobilisation citoyenne, elle porte son intérêt sur l’expression politique en ligne et la communication numérique des organisations militantes, dans le cadre d’un mémoire. Attirée par les mouvements alternatifs, elle présente ici un article sur un webdesign dit « éthique » où le service à l’utilisateur est remis au centre de la conception des services numériques.


2018-2019

Mélissa Affonço (Université Paris 8) a un parcours assez atypique : après une licence d’Histoire à Villetaneuse (Paris XIII), elle s’est orientée vers la communication. Après un Master 1 Culture, Médias à Paris XIII et un Master 2 Communication Interculturelle et Ingénierie de Projets à La Sorbonne Nouvelle, la voici à Paris 8 pour un deuxième Master. En ce qui concerne ses loisirs, Mélissa pratique le chant depuis plusieurs années et son sujet de recherche universitaire s’articule d’ailleurs autour de la musique, en étudiant la communication des salles de concert du 93, lieux dans lesquels elle rêve de travailler pour être encore plus proche de sa passion.

Alexandre Wallon (ENS Louis-Lumière), Étudiant en Master Photographie à l’École nationale supérieure Louis-Lumière, il s’est orienté vers la photographie d’architecture et d’urbanisme. Son apprentissage lui a permis d’alterner pratique argentique et numérique. Sensible à la question du territoire et de la mémoire collective, il réalise des travaux mêlant spatialité et dimension humaine.

Steven Baillin (ENS Louis-Lumière), Titulaire d’un Brevet de Technicien Supérieur en Photographie et étudiant à l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière. Sa pratique s’oriente vers la représentation de notre société, notamment par des mises en scènes cinématographiques ou des modélisations 3D. Les photographies proposées présentent un univers dystopique, dans lequel l’ordinateur est au cœur de tous les mécanismes de la société et déciderait de l’éligibilité des citoyens à un travail, via des critères établis par le gouvernement. Ces images représentent les mécanismes de sélection du réseau social linked In, qui, par ses champs réduits aux profils et critères de recherche, élimine une certaine diversité de candidats et favorise l’entre-soi. Cette série est un écho au film Bienvenue à Gattaca d’Andrew Niccol sorti en 1998.

Agathe Barisan (ENS Louis Lumière) intègre l’ENS Louis-Lumière après un BTS Photographie. Son travail se concentre principalement sur l’objet et la matière. Elle aborde des thématiques telles que la mémoire, le temps et le quotidien, par le biais de techniques mixtes ou de procédés comme le cyanotype. 

Catherine Rose Bengan-Durand (Université Paris 8), d’origine philippine avec un parcours dans le domaine du design, elle poursuis actuellement un Master 2 en Plateforme Numérique dans le domaine des sciences sociales. Son intérêt pour le monde de la recherche vient approfondir sa pratique en tant que média designer. Ses sujets de recherche s’articulent autour de la migration philippine et de la précarisation du travail à l’ère numérique. Elle consacre son temps libre à faire du bénévolat dans une association pour des travailleurs migrants philippins, basée à Paris.

Nour (Université Paris 8), Titulaire d’un Master en Communication Numérique & Conduite de Projet à l’Université Paris 8, Nour est actuellement en Master ICCREA dans cette même Université. Auto-entrepreneure depuis 4 ans, elle a développée sa marque de Modest Fashion basée à Paris. Intéressée par le rapport entre religiosité et numérique, elle passe une grande partie de son temps à enquêter à ce sujet et à tenter de comprendre comment s’articule le nouveau rapport des croyants aux outils numérique (dans le cadre de leur pratique religieuse).

Elise Comte (ENS Louis-Lumière) intègre l’ENS Louis-Lumière en 2016 après une formation en philosophie à la Sorbonne. Son travail s’oriente vers le documentaire et associe généralement les domaines de la photographie, du son et de la vidéo. Son regard littéraire, parfois conceptuel, requiert une attention participative du spectateur.

Hawa Fofana (Université Paris 8) intègre, après une licence information et communication, un master 1 Innovations en Communication à l’Université Paris 13, le master 2 Plateformes numériques : stratégies, logiques et enjeux à Paris 8. Son mémoire de recherche porte sur l’intégration des migrants étudiants en France à travers les réseaux sociaux : de quelles manières l’usage des réseaux sociaux peut-il faciliter l’intégration des migrants dans leur nouvelle terre d’accueil ? Blogueuse depuis 2013, en 2017 elle fait désormais partie de la communauté des blogueurs de Radio France Internationale dite Mondoblog.

Guillaume Garnier (Université Paris 8) titulaire d’un master de philosophie politique et éthique de l’Université Paris-Sorbonne, Guillaume Garnier est aujourd’hui étudiant dans un double master au sein de l’Université Paris 8 : « Politiques et gestion de la culture en Europe » et « Industries culturelles et créatives ». Musicien (CRR Boulogne Billancourt) et poète performer (festival Off d’Avignon 2018, poète du « Bordel de la poésie »), il s’intéresse particulièrement aux diffusions et formes poétiques contemporaines par l’écriture d’un mémoire questionnant le rapport entre poésie numérique et industries culturelles ou encore par la réalisation d’une émission web-radio quinzomadaire « Or Piste Poème » intensifiant l’écoute ainsi que les rencontres poétiques et pluri-artistiques.

Gabrielle Hallouet (Université Paris 8) après une Licence en Sciences de l’Information et de la Communication dans sa Bretagne d’origine, vient à Paris dans le but d’intégrer le Master Industries Culturelles et Créatives de l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, puis cette année le Master 2 Culture et Communication, parcours Plateformes Numériques. Elle oriente son sujet de mémoire sur le marketing muséal, particulièrement celui du Centre National d’Art et de la Culture Georges Pompidou.

Emna Jaïdane (ENS Louis-Lumière) a développé sa pratique de la photographie à Tunis, où elle a grandi. Elle s’est rapidement intéressée à la scène culturelle post-révolutionnaire, notamment dans le domaine de la mode. En 2014, elle s’est installée à Paris pour étudier l’architecture, puis se consacrer pleinement à l’apprentissage de la photographie.

Sandrine Morillas (Université Paris 8), suite à l’obtention d’une licence Economie, Droit et Gestion dans la ville aux mille fontaines, Aix-en-Provence, décide de monter dans la capitale pour commencer un master Culture et Communication à l’Université Paris VIII, Vincennes-Saint-Denis. Cette année en Master 2 spécialité Plateformes numériques, l’objet de recherche de l’étudiante porte sur les questions liées à la déconnexion des jeunes (15-25 ans) face aux réseaux sociaux.

Jules Séverac (ENS Louis-Lumière) , originaire de Toulouse, à la suite d’un diplôme aux Beaux-Arts, Jules Séverac intègre, en 2016, l’ENS Louis-Lumière. C’est durant sa formation qu’il a l’occasion de collaborer avec Gabrielle Hallouet. Ses principales interrogations plastiques gravitent autour de la fragilité et de l’abstraction. Il choisit souvent de cacher et de dévoiler peu à peu ses sujets au travers des détails qui les entourent. G

Louis Kendy (Université Paris 8) est titulaire d’une licence en Patrimoine et Tourisme, suivi d’un Master 2 en Gestion local du patrimoine Culturel à l’Université d’Orléans. Y ajoute un stage auprès de la communauté d’agglomération de Château-Thierry. Actuellement en Master 2 Plateformes numériques, il s’intéresse sur les formes de presentation des mouvements sociaux sur le Web.

Aïdan M’bo (Université Paris 8), actuellement en Master 2 Plateformes Numériques, il est titulaire d’une Licence et d’un Master en Sociologie et Anthropologie à l’Université Paris VIII. Son domaine d’étude est les pratiques numériques des publics de l’animation japonaise et du manga sur lequel il poursuit ses enquêtes cette année.

Alizée Cailliau (Université Paris 8), a obtenu une licence en Lettres Edition Medias Audiovisuel à la Sorbonne Paris IV. Cette année, en Master 2 Plateformes Numériques après un Master 1 en Industries Culturelles et Créatives à Paris 8. Son sujet de mémoire de master 1 a porté sur les stories musicales sur le réseau social Instagram. Elle a effectué un stage en entreprise dans une boite de production et de tournée dans le secteur musical. Elle est très intéressée par le secteur de la gastronomie et par l’art de vivre.

Juliette Paulet (ENS Louis-Lumière), son approche photographique est étroitement liée aux portraits qu’elle n’a jamais cessé de capter. Attirée par la question du regard que l’on porte sur soi, sur les autres, elle aime interroger la part intime de l’être et valoriser la personnalité de chacun. Son goût du social se traduit par de nombreuses rencontres nourrissant ses projets photographiques.