Exclus du numérique : le combat d’Emmaüs Connect à Saint-Denis

Categories 2018-2019, Inclusion/Exclusion par le numériquePosted on

L’association Emmaüs Connect s’engage à apporter un soutien aux personnes éloignées du numérique en les accompagnant à la prise en main aux outils informatiques. Dans cette enquête, nous nous intéressons aux solutions humaines et techniques proposées par Emmaüs Connect afin de répondre aux besoins de ces apprenants.

Texte de Hawa Fofana. Photographies d’Amanda Sellem

“On veut envoyer des lettres !”, “Envoyer les courriers !” bondit une femme de cinquante ans devant un ordinateur portable. Nous sommes dans les bureaux d’Emmaüs Connect à Saint-Denis. Ils sont douze à participer à la première séance de l’atelier d’initiation « Premiers par sur l’ordinateur ». Cet atelier s’articule autour de plusieurs séances dont les thèmes sont consacrés aux compétences numériques : « Découvrir mon ordinateur, utiliser la souris », « Utiliser le clavier » ou « Me repérer sur le bureau Windows ».

L’inclusion numérique pour s’insérer en société

Depuis 2013, l’association propose des formations pour favoriser l’inclusion numérique des personnes qui en sont les plus éloignés. Emmaüs Connect, c’est également des offres d’accès « solidaire à l’équipement et à la connexion et médiation avec les opérateurs téléphoniques ». Aujourd’hui, leur réseau s’étend dans neuf villes : Antony, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Paris et Saint-Étienne.

La problématique de l’inclusion numérique représente actuellement une question centrale pour l’État, dans un contexte de dématérialisation des services administratifs à grande échelle. D’ici à 2022, toutes les démarches administratives seront dématérialisées. Le plan numérique du gouvernement vise in fine à faire des économies pour les finances publiques. C’est dans cette optique que les espaces de solidarité numérique d’Emmaüs Connect préparent les personnes les plus isolées à s’insérer dans la société numérique.

Et ils sont nombreux dans ce cas. Environ 14 millions de Français seraient éloignés du numérique selon un rapport de France Stratégie 1de juillet 2018.  Parmi ces  « Français, 6,7 millions ne se connectent jamais et 7 millions d’internautes disposent d’un faible niveau de compétences numériques et se sentent mal à l’aise dans leur utilisation d’Internet ».2 précise Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, en charge du numérique.

Pour comprendre la problématique, il est intéressant de se pencher sur les résultats du rapport Capacity 3 2017 sur les usages numériques des Français, qui propose quatre catégories d’usagers :  

  • Les hyperconnectés (31 % des internautes)
  • Les « utilitaristes » du numérique (38% des internautes)
  • Les internautes « traditionnels » (17 % des internautes)
  • Les « distants » (14 % des internautes)

Parmi ces usagers, ce sont les internautes « distants » qui préoccupent l’État, reste encore ceux qui n’y ont pas accès. Ils ont peu de compétences au numérique « ils  déclarent savoir faire  beaucoup  moins  de  tâches  sur  Internet  que  les autres  internautes et ne  se sentent  pas  à  l’aise  dans leur  usage  d’Internet. ».

Faire des courriers à la CAF, à Pôle emploi

Ce sont ces internautes distants que l’on retrouve au sein du groupe formé par Emmaüs Connect. Sur les douze participants , près de la moitié avait plus de 50 ans, le reste du groupe entre 30 et 35 ans. Une femme explique avoir quitté l’Algérie il y a quelques temps. Pas d’ordinateur là-bas, mais en France :

« c’est autre chose. On a besoin d’utiliser l’ordinateur pour les demandes d’emplois. »

A la recherche d’un emploi, en situation précaire, vivant dans des centres d’hébergement, telles sont les situations vécues par les participants présents ce jour-là.

« Leur priorité, en général c’est faire des courriers, faire des démarches du genre la CAF et Pôle Emploi” ,affirme Houda B., en service civique à Emmaüs Connect depuis août 2018.

Comprendre l’usage d’une souris

La plupart des participants possède un ordinateur chez eux mais tous ne savent pas l’utiliser. Car si les inégalités d’accès aux TIC se réduisent, les inégalités liées à l’usage augmentent. Sur la table, de nombreux smartphones sont posés. Evelyne.D, 48 ans, vit à Aubervilliers. Elle est cuisinière en cantine scolaire. Elle fait partie des  internautes « distants ». Lorsque nous lui demandons si elle utilise son ordinateur chez elle, elle répond :

“J’en ai besoin, mais j’ai peur de toucher. »

 Et pourquoi vous avez peur de toucher ?

 « Parce que je ne connais pas.”

Evelyne D. explique qu’elle se forme au numérique pour les besoins de son travail et ses démarches administratives.

Les exercices débutent quinze minutes après le début de la formation. Nous sommes sollicitées par la directrice pour aider les apprenants. Apprendre à utiliser une souris, savoir à quoi sert le clic droit et gauche de la souris, comprendre comment  utiliser la molette de la souris : voici les activités auxquelles nous avons participé.

Réduire le retard de ces compétences instrumentales s’effectue par un accompagnement humain et des plateformes adaptées. La plateforme pédagogique Les Bons Clics (lancée par Emmaüs Connect via sa start-up We Take Care) est utilisée durant ces formations. Ce site web accompagne les apprenants à la formation bureautique et internet, propose des exercices interactifs ainsi que des fiches résumé.

Un apprentissage en trois étapes

“Les personnes pensent que quand elles viennent ici, elles vont directement chercher un emploi alors qu’il faut d’abord un processus et apprendre à utiliser l’ordinateur. Elles sont pressées. Par exemple là, il y a une femme qui m’a demandé comment on transfère les photos d’un téléphone à un ordinateur, il faut d’abord apprendre à faire certaines choses avant de commencer à faire ça.” Houda B.

Plusieurs niveaux de compétences que cherchent à développer Emmaüs Connect sont mentionnées par Périne Brotcorne et Gérald Valenduc dans «Les compétences numériques et les inégalités dans les usages d’internet »4. Ils distinguent plusieurs compétences nécessaires aux apprenants :

  • Les compétences instrumentales consistent à comprendre le fonctionnement de l’ordinateur, le bureau, ou la souris et les bases de l’internet, ceux que les formations d’Emmaüs Connect réalisent de manière ludique.
  • Les compétences informationnelles permettent de traiter l’information. Les permanences connectées mises en place par Emmaüs Connect depuis avril 2015 permettent aux personnes d’améliorer leur compétence et leur autonomie les démarches administratives. La formation « Premiers pas sur l’ordinateur » à elle seule ne garantit ces compétences, comme le dit Houda B. Il est impératif pour ces personnes d’assister aux permanences connectées.
  • Les compétences stratégiques désigne “l’aptitude à utiliser l’information de manière proactive, à lui donner du sens dans son propre cadre de vie et à prendre des décisions en vue d’agir sur son environnement professionnel et personnel.”
    Les compétences stratégiques sont difficiles à mettre en place aux apprenants sans l’appropriation des compétences précédentes. La combinaison de ces deux premières compétences est essentielle pour pouvoir améliorer son environnement professionnel.

Notre observation des actions d’Emmaüs Connect montre la nécessité de formations adaptées aux lacunes de chacun qui rendent d’autant plus déterminants les besoins de l’association en personnel.

  1. Antoine Baena et Chakir Rachiq, Les bénéfices d’une meilleur autonomie numérique,2018, https://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs-rapport-benefices_autonomie_numerique-12072018_0.pdf
  2. Secrétariat d’Etat au Numérique, Pour une France connectée, 2018, https://secretariat-etat.numerique.gouv.fr/files/files/20180913%20DP_Plan%20national%20pour%20un%20num%C3%A9rique%20inclusif_SNNI%20VDEF2-compressed.pdf
  3. GIS M@rsouin,Premiers résultats de l’enquête Capacity sur les usages numériques des Français,2017, https://laboratoire.agencedunumerique.gouv.fr/wp-content/uploads/sites/2/2017/03/Rapport-1rs-resultats-Capacity.pdf
  4. Périne Brotcorne,Gérald Valenduc, Les compétences numériques et les inégalités dans les usages d’internet, 2009, https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2009-1-page-45.htm

2 comments

  1. Bonjour,
    il serait intéressant de savoir quels sont les détails de ce plan du gouvernement ? Et également comment se répartit cette inégalité d’usage selon les différentes catégories d’âge de la population ? Merci d’avance.

    1. Effectivement je n’ai pas assez abordé ce thème. En septembre 2018, Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’état en charge du numérique a dévoilé les 2 piliers du plan numérique,à savoir : « le déploiement d’infrastructures pour l’accès de tous à un réseau de bonne qualité » et « l’accompagnement de chacun dans les usages. » Concernant les précisions du plan du Secrétaire, finalement elles rejoignent en quelques sortes ceux que Emmaus Connect fait en permanence insérer les exclus du numérique en les formant par un aidant. Réduire les inégalités et donner les mêmes chances à tous partout sur le territoire est l’intérêt de l’État et des opérateurs publics tels que cette association. Réduire les inégalités est impératif, car comme tu as pu le lire dans ce billet, dès 2022 la transformation numérique sera mis en place dans différents services publics déjà !

      Pour cela, ce plan propose quatre grandes démarche :
      Détecter les publics en difficulté avec le numérique
      Proposer un accompagnement humain dans les démarches
      Former ceux qui le souhaitent grâce au Pass Numérique
      Consolider les acteurs de la médiation numérique.
      Il serait long dans ce commentaire de toutes les détailler, pour autant je t’invite à lire le dossier de presse de 2018 « Pour un France connectée – plan national pour un numérique inclusif » –> https://secretariat-etat.numerique.gouv.fr/files/files/20180913%20DP_Plan%20national%20pour%20un%20num%C3%A9rique%20inclusif_SNNI%20VDEF2-compressed.pdf.

      Concernant la répartition de cette inégalité d’usage sur les différents catégories d’âges de la population je vais te répondre. Tout d’abord, voyons cela en chiffres globale, d’après le gouvernement (voir dossier de presse ci-dessus) il y a 13 millions de citoyens éloignés du numérique (c’est à dire qu’ils utilisent très peu voir pas le numérique et qui ont des difficulté). Ensuite, on a 6,7 millions de personnes qui se connectent jamais et 7 millions de personnes qui ont peu de compétences avec le numérique et se sentent mal à l’aise (dans ce cas, ici figure la personne que j’ai interviewé pour notre enquête). Cette inégalité d’usage au numérique se définie par l’âge également plus l’individu est âgé, moins il utilise internet et moins il maîtrise les fonctionnalités liées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *